fr | en
SFR MATRIX

Séparés par des virgules

Oksana Krupka, une invitée de marque

La chercheuse ukrainienne a été lauréate du prestigieux prix l'Oréal-Unesco Women in Science dans son pays en 2019. Un accélérateur pour sa carrière débutée en partie à l'Université d'Angers en 2006 lors d'un stage en post-doctorat. À travers son exemple, elle encourage les femmes à s'engager dans la recherche scientifique.  

Oksana Krupka a gardé un lien fort avec l'Université d'Angers (UA). Elle y est venue la première fois en 2006 lors d'un stage de post-doctorat de 18 mois passé au sein du laboratoire Moltech-Anjou. Depuis, elle y est revenue à plusieurs reprises cumulant près de 3 ans de présence sur le campus angevin. En ce mois de septembre 2020, elle y est de nouveau de retour pour une quinzaine de jours en tant que professeure invitée dans le cadre du projet Mobilité Internationale Recherche (MIR) et auréolée du prestigieux prix l'Oréal-Unesco Women in Science qui vise à faire croître la part des femmes dans la recherche scientifique. Oksana Krupka l'a décroché en décembre 2019 dans son pays, en Ukraine, parmi plus de 250 candidatures. « Le prix a débuté il y a seulement deux ans en Ukraine. Très vite, il y a eu beaucoup de candidatures. L'engouement est encore plus important pour la prochaine édition », souligne la chercheuse qui se réjouit de cette dynamique.


Françoise Grolleau, vice-présidente International à l'UA a remis des présents à Oksana Krupka pour la féliciter de son prix.

Dans le top 10

Pour elle, le prestige associé à un tel prix est un véritable accélérateur de carrière. Plusieurs lauréates de ce prix ont d'ailleurs reçu le Prix Nobel. Oksana Krupka vient elle d'être désignée par l’Agence nationale de presse d'Ukraine (Ukrinform) dans le top 10 des chercheuses ukrainiennes à succès. « Le prix a joué un rôle important dans ma désignation en tant que membre de la Commission recherche du Ministère de l’Éducation de mon pays », précise la chercheuse. Cette dernière espère que son parcours fera des émules. Pour rappel, en France, le pourcentage de chercheuses est estimé à 28%, un chiffre en-dessous de la moyenne européenne. « Il est important que les femmes s'engagent dans la recherche scientifique. Elles ont des idées à porter. Pour moi, cela permet d'avoir plus de succès dans les projets menés. En travaillant ensemble, hommes et femmes, peuvent s'améliorer mutuellement », assure Oksana Krupka.

« Savoir trouver un équilibre »

La chimiste spécialisée dans l'étude des polymères tient aussi à rassurer les femmes qui hésitent à s'engager dans le domaine de la recherche. « Le plus important est de travailler dans le domaine qui vous plaît. Il faut aussi savoir faire preuve de patience pour développer votre projet. Tout ceci est compatible avec une vie familiale. Pour cela, il faut savoir trouver un équilibre entre sa vie privée et sa vie professionnelle », défend Oksana Krupka. La chercheuse tient à souligner l'importance de l'UA dans son parcours. « Vous avez ici un service international qui soutient de manière très importante les étudiant·e·s. Il vous pousse à la réussite. C'est très utile d'avoir un tel support », apprécie la chercheuse qui s'est exprimée en ouverture du Conseil académique plénier qui s'est tenu le 22 septembre 2020.

Le programme Jeunes Talents France L'Oréal-Unesco
Créé en 2007, ce programme a pour objet de révéler de jeunes chercheuses talentueuses. Il offre des dotations financières à des doctorantes ou post-doctorantes. Déjà plus de 265 jeunes chercheuses françaises ont bénéficié d'une telle dotation. 

Scroll